Bellocq Brooklyn - LE DIVAN FUMOIR BOHÉMIEN

"Si le charme du lieu est si puissant, c'est qu'il s'agit non pas d'un simple décor commercial mais d'un univers à part entière tissé de correspondances subtilement dosées."


Après une spectaculaire traversée de l'East River depuis le Pier 11, sur Manhattan, on atteint Greenpoint, au nord de Brooklyn, quartier d'anciens chantiers navals, parfois appelé "Little Poland", en pleine réhabilitation. On tourne ensuite sur la droite, dépassant les entrepôts où sont jalousement gardés les décors de Boardwalk Empire, la nouvelle série de HBO,  puis on arrive sur West Street. Au 104, une porte pleine, des fenêtres grillagées ne laissent rien présager de la magie qui attend le visiteur qui passera le seuil de la boutique du Bellocq Tea Atelier ni du délicieux accueil qu'il  y recevra.


Si le charme du lieu est si puissant, c'est qu'il s'agit non pas d'un simple décor commercial mais d'un univers à part entière tissé de correspondances subtilement dosées. Les livres posés sur la petite table du salon rose sont tous bleus, certes, mais leurs titres sont aussi tous choisis pour leurs affinités avec les différents thés de la collection. Les touches de jaune, de rose, de bleu, de vert, de cramoisi semblent faire écho aux composants des mélanges : pétales de rose, de bleuet, de souci, feuilles de sauge, de menthe. Derrière le comptoir, on aperçoit un exemplaire maintes fois consulté du Charleston, A Bloomsbury House and Garden de Virginia Nicholson et Quentin Bell  ; sur un rebord de fenêtre, on trouve le livre de Bruno Suet, Le temps du thé, et Wabi-Sabi For Artists, Designers, Poets & Philosophers de Leonard Koren. Voilà, nous savons qu'ici, le thé est une esthétique.

www.florizel.canalblog.com


Leave a comment

Comments will be approved before showing up.